Actualité Publié le 15/12/2011


Le syndicat de la maçonnerie et du gros œuvre de la Haute-Garonne a tenu son assemblée générale annuelle le 13 décembre dernier. Une assemblée générale organisée en deux parties, la partie statutaire tout d’abord au cours de laquelle le président Gatimel a dressé un tableau de la situation passée qui fait de plus en plus figure de Belle Epoque et des temps présents sur lesquels un vent mauvais commence à souffler.

 

La Haute-Garonne et Toulouse en particulier gardent cependant des atouts majeurs, Airbus, bien sûr, les travaux des ZAC celle de la Cartoucherie notamment, les travaux du PRES (bâtiments universitaires) et bien sûr à plus longue échéance le déplacement du parc des expositions et la future gare Matabiau et ses environs.

 

Toutefois, les lourdes menaces qui pèsent sur la construction de logements neufs privés avec la disparition annoncée du dispositif Scellier obèrent sensiblement un avenir déjà passablement affecté par le durcissement des relations bancaires.

 

Un avenir qu’a tenté de décrire dans sa rude crudité Marc Touati en seconde partie d’assemblée. Inculture économique, priorité politicienne à courte vue, prise du pouvoir économique par les pays désormais émergés et non émergeants, on l’a bien compris les paramètres sont de plus en plus mauvais et l’heure du verdict de plus en plus proche.

 

Pour autant, mais est ce une formule de style ? Les derniers propos de Marc Touati se voulaient confiants à l’égard du sens des responsabilités des acteurs économiques du secteur privé, et d’un retour en grâce du courage politique.